Bil Aka Kora

Share

BIL AKA KORA > Biographie

Bil Aka Kora, de son vrai nom Bilgo Akaramata Kora, est né à Pô en Pays Kasséna, dans la Province du Nahouri, au sud du Burkina Faso. Sa carrière débute lorsqu’il est encore étudiant en Deug de Maths-physiques à l’Université de Ouagadougou. Déjà passionné, il tourne dans les bars de la capitale et improvise des morceaux de blues et de jazz. En novembre 1997, il compose ses premières chansons et remporte le premier Prix de la Chanson moderne, concours national lancé par le Ministère de la culture. Grâce à ce prix, il remporte une somme d’argent qu’il investit dans l’enregistrement de son premier album.

Décembre 1998 marque la sortie officielle du premier album de l’artiste intitulé Douatou (Le faiseur de pluie en langue Kasséna). Dès lors, il forme son propre groupe, le Djongo Système, avec lequel il enchaîne les concerts au Burkina Faso et à l’étranger : Le Burkina Musique Tour, le Festival Burkina Yaa Laafi en Belgique, les Francophonies en Limousin, Connections Productions au Canada.

Dès lors, Bil Aka Kora s’impose comme un véritable artiste de scène au service d’un genre musical original : la Djongo mu­sique.

Novembre 2001 : sortie du 2ème album de Bil Aka Kora, intitulé Ambolou (Ce qui m’est cher). Cet album gagne en matu­rité. La Djongo Musique, qui a su conquérir le public, peut désormais se permettre de visiter d’autres univers musicaux (peuhl, reggae, mandingue), en y apportant sa propre personnalité, sa propre énergie. Cette unité dans la diversité permet à l’artiste de présenter un spectacle extrêmement riche, alternant les morceaux traditionnels aux rythmes endiablés et les moments plus intimes, à la guitare.

Depuis la cérémonie d’ouverture de la 18ème édition du Festival Panafricain du Film de Ouagadougou (FESPACO) dont Bil Aka Kora a signé la musique, l’artiste est sollicité pour la composition de nombreuses musiques de films et de documen­taires.

En septembre 2004, il signe la bande originale du long-métrage « Sofia » de Bouba Diallo, une comédie musicale dans laquelle il interprète son premier rôle.

En octobre 2004, il donne ses premiers concerts à Paris, au Centre Wallonie Bruxelles, et le succès est au rendez-vous. Il travaille dès lors en étroite collaboration avec Olivier Bloch-Lainé (studio de La Frette) pour sortir Dibayagui, son troisième album sur lequel interviennent Jean-Philippe Rykiel et Marie-Jo Thério.

En 2005, Bil Aka Kora remporte pour la deuxième fois la plus prestigieuse récompense musicale du Burkina Faso, le Kundé d’Or.

En 2006, il rencontre le grand pianiste congolais Ray Lema à l’occasion de l’UMA (Université Musicale Africaine). Cette ren­contre est le début d’une grande aventure musicale. Ce dernier lui propose alors une collaboration artistique sur son prochain album…

En 2007, il initie Les Nuits Djongo, projet dont le but est de permettre à des instrumentistes talentueux et expérimentés de mener un travail de création artistique personnel. Directeur artistique et musicien dans chacune des créations, il surprend le public de son incroyable audace à faire des propositions musicales sortant des sentiers battus. Au fil du temps, les productions musicales labellisées Nuits Djongo deviennent une référence de qualité au Burkina Faso et les musiciens mis au-devant de la scène gagnent en reconnaissance. Bil Aka Kora n’est pas seulement réputé pour son talent, mais aussi pour sa grande générosité et son implication dans le paysage musical burkinabé. Plus in­spiré que jamais dans ce contexte où il est en perpétuelle quête de créativité, il commence à travailler sur son nouvel opus.

En mai 2008, il entame une collaboration artistique avec Ray Lema, qui signe la réalisation artistique du 4ème album de Bil Aka Kora, intitulé Yaaba.

Travailleur, rigoureux, passionné, humble, généreux et plus que jamais inspiré par ses racines et sa vie quotidienne au Burkina Faso, Bil Aka Kora est un musicien très apprécié sur le continent africain et retient de plus en plus l’attention des mélomanes en dehors du continent.

Aujourd’hui, il continue d’assumer la direction artistique du concept “Les Nuits Djongo” et donne régulièrement des concerts sur le continent africain et européen. En juin et juillet 2009, il a effectué une tournée de douze dates en France, puis une tournée au Burkina Faso. De plus, il a été joué le rôle principal du long-métrage « Bayiri, la patrie » du réalisateur S.Pierre Yaméogo. En juin 2010, il crée un nouveau spectacle de jazz vocal intitulé « Enchantant », dans lequel il réadapte des standards de jazz alternés de compositions personnelles. Cette création connaît un vif succès et met en valeur son large registre vocal et sa capacité d’ouverture et d’adaptation artistique (à écouter sur www.myspace.com/bilakakora).

En décembre 2010, il a effectué une tournée au Danemark, en Suède et en Norvège et puis une série de six concerts avec le SAG Big Band de Copenhague, du 26 février au 05 mars au Burkina Faso. Il renouvelle l’expérience en faisant une tournée au Danemark en juin-juillet 2012 sous le nom Bil Aka Kora & DB All Stars Bigband : Djongo meets jazz ! Accompagné du Djongo Système et d’une spectaculaire section de cuivres de 18 musiciens danois, il s’ouvre de nouveaux horizons et ses compositions gagnent en ampleur. En perpétuelle démarche d’évolution, depuis son Burkina Faso auquel il reste fidèle, Bil Aka Kora est un artiste d’envergure internationale qui cumule aujourd’hui près de 500 concerts en Afrique et en Europe.

Décembre 2013, Bil Aka Kora signe un cinquième album baptisé “Vessaba” qui signifie « Partir et revenir » en langue kasséna. Le nom de cet opus est l’incarnation de la démarche de Bil Aka Kora. En effet, cet homme, qui réussit brillament sa carrière au Burkina Faso et en Afrique de l’Ouest, fait partie de ces artistes qui ne cherchent pas à migrer vers l’europe en y voyant un eldorado pour leur carrière artistique. Accomplissant chez lui son métier avec sérieux, passion et persévérance, il y trouve également sa plus grande source d’inspiration et sa plus grande motivation à oeuvrer pour le développement du paysage musical burkinabè. A travers son métier, il voyage très souvent sur d’autres continents et se nourrit de ses découvertes et rencontres, tout en retournant toujours et encore à sa source : sa patrie. C’est pourquoi pour ce 5ème opus, le nom VESSABA  incarne avec justesse l’esprit Djongo de Bil Aka Kora.

Il est également actuellement comédien et musicien dans le spectacle théâtral « Une nuit à la présidence » de Jean-Louis Martinelli, dont des représentations sont prévues en Allemagne, au Burkina Faso et Au Théâtre des Amandiers de Nanterre de février à avril 2014.

 Téléchargez le dossier de presse complet : cliquez ici

 

Share

Laisser un commentaire