Une Nuit à La Présidence

Share

« Une Nuit à la Présidence  » au Théâtre des Amandiers à Nanterre 

Mise en scène Jean-Louis Martinelli – Écriture Jean-Louis Martinelli à partir d’improvisations des comédiens, musique Ray Lema

Une Nuit à la Présidence

Extrait du discours «  Pour un front uni contre la dette par le Président Thomas Sankara »

… Les masses populaires en Europe ne sont pas opposées aux masses populaires en Afrique mais ceux qui veulent exploiter l’Afrique, ce sont les mêmes qui exploitent l’Europe. Nous avons un ennemi commun. Donc notre club parti d’Addis-Abeba devra également dire aux uns et aux autres que la dette ne saurait être payée. Et quand nous disons que la dette ne saurait être payée ce n’est point que nous sommes contre la morale, la dignité, le respect de la parole. Parce que nous estimons que nous n’avons pas la même morale que les autres. Entre le riche et le pauvre, il n’y a pas la même morale.

… Alors , chers frères, avec le soutien de tous, nous pourrons faire la paix chez nous. Nous pourrons  également utiliser ces immenses potentialités pour développer l’Afrique, parceque notre sol, notre sous-sol, sont riches; nous avons suffisamment de bras, et nous avons un marché immense, très vaste – du nord au sud, de l’est à l’ouest. Nous avons suffisamment de capacités intellectuelles pour créer ou tout au moins prendre la technologie et la science partout où nous pouvons les trouver. Monsieur le Président, faisons en sorte que nous mettions ce front uni d’Addis Abeba contre la dette. Faisons en sorte que ce soit à partir d’Addis-Abeba que nous décidions de limiter la course aux armements entre pays faibles et pays pauvres. les gourdins et les coutelas que nous achetons sont inutiles. Faisons en sorte également que le marché africain soit le marché des Africains : produire en Afrique, transformer en Afrique et consommer en Afrique. Produisons ce dont nous avons besoin, et consommons ce que nous produisons au lieu de l’importer.

… Je voudrais simplement dire que nous devons accepter de vivre africains, c’est la seule façon de vivre libres et de vivre dignes. 

29 Juillet 1987 à Adis Abeba

Pour télécharger l’article des Inrockuptibles : cliquez ici

Share