Nzimbu

Share

Nzimbu : Ray Lema (piano, guitare & voix) , Fredy Massamba (voix) , Ballou Canta (Voix) & Rodrigo Viana (guitare)

Ray Lema, Ballou Canta, Fredy Massamba, trois générations de chanteurs congolais, sont réunis sur l’album « Nzimbu » (« le chant » ou « la fortune » en kikongo).
Ray Lema, l’un des pères à 69 ans de la musique centrafricaine moderne, poursuit l’exploitation d’un minerai précieux de l’immense Congo: ses chants traditionnels.
Sans percussion, afin d’en révéler la puissance mélodique, mais en y apportant une certaine modernité avec les accents groove de son piano et les riches lignes harmoniques ciselées par le guitariste brésilien Rodrigo Viana.
Pour porter ce projet, il a convoqué deux de ses cadets, Ballou Canta, 60 ans, un vieux complice, et le plus jeune Fredy Massamba, 42 ans, nouvelle star de la chanson congolaise.
Ballou Canta, après une fructueuse carrière de choriste, s’est imposé dans les années 90 avec le Soukous Stars comme l’un des porte-drapeaux de la rumba ex-Zaïroise de Kinshasa et ses avatars (soukous, kwasa kwasa…).
Fredy Massamba, qui fut longtemps membre de la troupe Les Tambours de Brazza, a publié ces dernières années deux albums marquants, Ethnophony et Makasi, où il amené la musique du village dans une mouvance soul et hip-hop.  
Tous trois sont des Bakongo, l’ethnie de l’ancien Royaume du Kongo dont le territoire s’étendait avant la colonisation sur la province actuelle du Bas-Congo, en RDC, sur la pointe sud-ouest du Congo, une partie du nord de l’Angola et du Gabon.
Sur « Nzimbu« , ces chanteurs aux timbres complémentaires s’expriment essentiellement en kikongo, la langue de cette ethnie, très rythmique et se prêtant bien au flow hip-hop de Fredy Massamba sur « Nsongela », et en lingala, beaucoup plus répandu à Kinshasa.
Après un chant traditionnel kikongo entonné a cappella en ouverture, leur disque voyage à travers les deux Congo, entre une rumba typiquement kinoise (« Aigre Doux »), un chant d’inspiration pygmé (Ntoto), un autre empruntant aux modes harmoniques des luba (« Lusala »), ethnie du sud de la République démocratique du Congo.
D’autres chansons regardent autour, vers l’Afrique du Sud (« Lusambu ») ou l’Angola avec « Leïla ». La guitare de Rodrigo Viana éclaire ces chants d’un jeu de guitare subtil, flirtant parfois avec la country music.
Également sur cet album, « Les Oubliés du Kivu« . Cette chanson, en français, rappelle que le quotidien dans certaines régions du Congo n’est pas rythmé que par les chants. Elle fait référence aux viols de masses et au conflit dans cette région de l’est de la RDC. (Christophe Cheynier – AFP)

Share

Cette page est également disponible en : Anglais Portugais - du Brésil