RAY LEMA QUINTET « HEADBUG » NOUVEL ALBUM !

En passant

Share

RAY LEMA Nouvel album  « HEADBUG »

Sortie le 22 Avril 2016 ( One Drop / rue Stendhal)

En concert le 26 Mai au festival Jazz à  Saint-Germain-des- Près (Paris)

Ray Lema "Headbug"Featuring : Etienne Mbappe , Nicolas Viccaro , Iving Acao ,

Sylvain Gontard .  Special guest : Manu Dibango

« Le Jazz n’est pas une musique, c’est une attitude » : c’est une phrase de Miles Davis que Ray Lema a fait sienne, car elle correspond à la manière dont il envisage la pratique du jazz. Ray Lema ne se considère pas comme un jazzman, mais préfère mettre en avant son travail de compositeur à l’écriture singulière, à travers la pratique d’un jazz décomplexé et personnel, qui ne cherche pas imiter les américains. Une musique portée par l’esprit de groupe, où la fraternité et l’entente sont au service d’un discours créatif et imaginatif.  Un groupe cohérent, où chaque musicien est à l’écoute de l’autre, et joue avec l’autre, dans tous les sens du terme. Une tribu soudée, où la basse et la batterie construisent les fondations, le piano, les indispensables ornements, et où le saxophone et la trompette partent dans des envolées lyriques dans d’entêtants contre-chants simultanés. Une formation, où la musique circule librement, mais dans une direction précise, guidée par l’énergie du groove, le sens de la mélodie, et une subtile recherche harmonique. Des compositions originales écrites pour un quintette exceptionnel et multiculturel qui, quatre ans après un premier essai concluant (« VSNP »), revient avec force et fracas dans la cour des grands du jazz.

Si « Headbug » signifie « Prise de tête », ce n’est pas pour qualifier l’ensemble de cet album fluide, limpide, et remarquablement bien construit, mais uniquement le titre éponyme qui ouvre le disque, où Ray Lema s’est effectivement « pris la tête » pour trouver une structure harmonique cohérente et efficace pour magnifier ce morceau au groove particulièrement dynamique et foisonnant. Une entrée en matière exemplaire qui va se prolonger tout au long de cet album riche et varié, où l’afro-beat irrésistiblement dansant, peut céder la place à de belles mélodies sous forme de langoureuses ballades sensibles (Nâab, Ulagaresh). Un jazz africain porté par des rythmes acrobatiques, qui s’amuse à faire des clins d’œil au Brésil, à travers une relecture très originale de « Samba De Uma Nota So » de Jobim et une composition insolite où se marie funk et samba : « Mira ». Un jazz dense et multiple qui arrive à marier rythme afro-cubain et chanson française (Mon Bel Amour) et à rendre un très bel hommage à l’ainé, au grand frère, le marabout de la musique africaine : Mr Manu Dibango, impressionnant (et inattendu) au Marimba dans « No Hiding ».

« Headbug » propulse le jazz hexagonal hors des sentiers battus, vers des rivages aux formes et aux couleurs musicales rarement explorées, pour un voyage aux paysages luxuriants et touffus, où l’énergie côtoie la poésie dans le meilleur des mondes.

Lionel Eskenazi

 CONTACT PROMOTION : SOPHIE LOUVET 06 84 40 61 51 louvetso@wanadoo.fr

Share

Piano solo – Fondation Cartier

En passant

Share

16e6badbb152d059ee9db5665f26564135803838Si vous êtes à  Paris, ne ratez pas la magnifique exposition « Congo Kitoko » sur les peintres Congolais (RDC) à la Fondation Cartier où j’ai eu le plaisir de jouer en piano solo le 08 octobre dernier. Voici quelques images tournées le soir du concert.

Share

Laurent de Wilde et Ray Lema Project

En passant

Share

Lorsqu’ils se rencontrèrent pour la première fois en 1991 sur un plateau de télévision, il s’est produit entre Ray Lema et Laurent de Wilde une étincelle que vingt cinq ans de carrières respectives ont gardée intacte. Durant ces années, chacun a poursuivi son chemin sur des projets aussi intenses que variés : jazz, choeurs, funk, world, electro, slam, musique symphonique,  solo, trio, quintet, quatuor à cordes, big band :  les deux pianistes avides de nouveautés ont défriché sans relâche des pans entiers de musique avec une curiosité et un goût du risque inaltérables. Sans doute fallait-il attendre ces vingt-cinq ans pour que l’élan initial se transforme en un projet commun et c’est aujourd’hui qu’il se réalise. Deux pianos, une voix et un millier d’idées récoltées au cours de leurs périples.                                                                                                                         Ceux qui espèrent une bataille de virtuoses et un choc de deux mondes seront déçus, car il est avant tout question de musique et de partage. Oui, il y a de l’Afrique en Ray Lema et du Jazz en Laurent de Wilde, mais il y a surtout ce désir de repousser ses limites, de poursuivre les émotions là où elles sont encore vraies, au-delà des genres et des chapelles.

Le répertoire composé à deux est leur lieu de rencontre. Joués, frappés, caressés,

Share

Nzimbu à Helsinki le 03 novembre 2011

En passant

Share

Notre Nzimbu toujours sur les routes !
pour ceux qui n’ont pas peur du froid ! venez avec nous !!
Nous serons à Helsinki en concert le 03 novembre prochain au Festival Etnosoi

Pour voir les denières nouvelles sur Nzimbu, allez sur Pearltrea, vous y trouverez articles et interview.

N’oubliez pas que vous pouvez toujours acheter le disque sur notre site, en téléchargement ou le recevoir directement chez vous en copie physique !

Share

Une Nuit à La Présidence

Share

« Une Nuit à la Présidence  » au Théâtre des Amandiers à Nanterre 

Mise en scène Jean-Louis Martinelli – Écriture Jean-Louis Martinelli à partir d’improvisations des comédiens, musique Ray Lema

Une Nuit à la Présidence

Extrait du discours «  Pour un front uni contre la dette par le Président Thomas Sankara »

… Les masses populaires en Europe ne sont pas opposées aux masses populaires en Afrique mais ceux qui veulent exploiter l’Afrique, ce sont les mêmes qui exploitent l’Europe. Nous avons un ennemi commun. Donc notre club parti d’Addis-Abeba devra également dire aux uns et aux autres que la dette ne saurait être payée. Et quand nous disons que la dette ne saurait être payée ce n’est point que nous sommes contre la morale, la dignité, le respect de la parole. Parce que nous estimons que nous n’avons pas la même morale que les autres. Entre le riche et le pauvre, il n’y a pas la même morale.

… Alors , chers frères, avec le soutien de tous, nous pourrons faire la paix chez nous. Nous pourrons  également utiliser ces immenses potentialités pour développer l’Afrique, parceque notre sol, notre sous-sol, sont riches; nous avons suffisamment de bras, et nous avons un marché immense, très vaste – du nord au sud, de l’est à l’ouest. Nous avons suffisamment de capacités intellectuelles pour créer ou tout au moins prendre la technologie et la science partout où nous pouvons les trouver. Monsieur le Président, faisons en sorte que nous mettions ce front uni d’Addis Abeba contre la dette. Faisons en sorte que ce soit à partir d’Addis-Abeba que nous décidions de limiter la course aux armements entre pays faibles et pays pauvres. les gourdins et les coutelas que nous achetons sont inutiles. Faisons en sorte également que le marché africain soit le marché des Africains : produire en Afrique, transformer en Afrique et consommer en Afrique. Produisons ce dont nous avons besoin, et consommons ce que nous produisons au lieu de l’importer.

… Je voudrais simplement dire que nous devons accepter de vivre africains, c’est la seule façon de vivre libres et de vivre dignes. 

29 Juillet 1987 à Adis Abeba

Pour télécharger l’article des Inrockuptibles : cliquez ici

Share