RAY LEMA QUINTET « HEADBUG » NOUVEL ALBUM !

En passant

Share

RAY LEMA Nouvel album  « HEADBUG »

Sortie le 22 Avril 2016 ( One Drop / rue Stendhal)

En concert le 26 Mai au festival Jazz à  Saint-Germain-des- Près (Paris)

Ray Lema "Headbug"Featuring : Etienne Mbappe , Nicolas Viccaro , Iving Acao ,

Sylvain Gontard .  Special guest : Manu Dibango

« Le Jazz n’est pas une musique, c’est une attitude » : c’est une phrase de Miles Davis que Ray Lema a fait sienne, car elle correspond à la manière dont il envisage la pratique du jazz. Ray Lema ne se considère pas comme un jazzman, mais préfère mettre en avant son travail de compositeur à l’écriture singulière, à travers la pratique d’un jazz décomplexé et personnel, qui ne cherche pas imiter les américains. Une musique portée par l’esprit de groupe, où la fraternité et l’entente sont au service d’un discours créatif et imaginatif.  Un groupe cohérent, où chaque musicien est à l’écoute de l’autre, et joue avec l’autre, dans tous les sens du terme. Une tribu soudée, où la basse et la batterie construisent les fondations, le piano, les indispensables ornements, et où le saxophone et la trompette partent dans des envolées lyriques dans d’entêtants contre-chants simultanés. Une formation, où la musique circule librement, mais dans une direction précise, guidée par l’énergie du groove, le sens de la mélodie, et une subtile recherche harmonique. Des compositions originales écrites pour un quintette exceptionnel et multiculturel qui, quatre ans après un premier essai concluant (« VSNP »), revient avec force et fracas dans la cour des grands du jazz.

Si « Headbug » signifie « Prise de tête », ce n’est pas pour qualifier l’ensemble de cet album fluide, limpide, et remarquablement bien construit, mais uniquement le titre éponyme qui ouvre le disque, où Ray Lema s’est effectivement « pris la tête » pour trouver une structure harmonique cohérente et efficace pour magnifier ce morceau au groove particulièrement dynamique et foisonnant. Une entrée en matière exemplaire qui va se prolonger tout au long de cet album riche et varié, où l’afro-beat irrésistiblement dansant, peut céder la place à de belles mélodies sous forme de langoureuses ballades sensibles (Nâab, Ulagaresh). Un jazz africain porté par des rythmes acrobatiques, qui s’amuse à faire des clins d’œil au Brésil, à travers une relecture très originale de « Samba De Uma Nota So » de Jobim et une composition insolite où se marie funk et samba : « Mira ». Un jazz dense et multiple qui arrive à marier rythme afro-cubain et chanson française (Mon Bel Amour) et à rendre un très bel hommage à l’ainé, au grand frère, le marabout de la musique africaine : Mr Manu Dibango, impressionnant (et inattendu) au Marimba dans « No Hiding ».

« Headbug » propulse le jazz hexagonal hors des sentiers battus, vers des rivages aux formes et aux couleurs musicales rarement explorées, pour un voyage aux paysages luxuriants et touffus, où l’énergie côtoie la poésie dans le meilleur des mondes.

Lionel Eskenazi

 CONTACT PROMOTION : SOPHIE LOUVET 06 84 40 61 51 louvetso@wanadoo.fr

Share

Piano solo – Fondation Cartier

En passant

Share

16e6badbb152d059ee9db5665f26564135803838Si vous êtes à  Paris, ne ratez pas la magnifique exposition « Congo Kitoko » sur les peintres Congolais (RDC) à la Fondation Cartier où j’ai eu le plaisir de jouer en piano solo le 08 octobre dernier. Voici quelques images tournées le soir du concert.

Share

Laurent de Wilde et Ray Lema Project

En passant

Share

Lorsqu’ils se rencontrèrent pour la première fois en 1991 sur un plateau de télévision, il s’est produit entre Ray Lema et Laurent de Wilde une étincelle que vingt cinq ans de carrières respectives ont gardée intacte. Durant ces années, chacun a poursuivi son chemin sur des projets aussi intenses que variés : jazz, choeurs, funk, world, electro, slam, musique symphonique,  solo, trio, quintet, quatuor à cordes, big band :  les deux pianistes avides de nouveautés ont défriché sans relâche des pans entiers de musique avec une curiosité et un goût du risque inaltérables. Sans doute fallait-il attendre ces vingt-cinq ans pour que l’élan initial se transforme en un projet commun et c’est aujourd’hui qu’il se réalise. Deux pianos, une voix et un millier d’idées récoltées au cours de leurs périples.                                                                                                                         Ceux qui espèrent une bataille de virtuoses et un choc de deux mondes seront déçus, car il est avant tout question de musique et de partage. Oui, il y a de l’Afrique en Ray Lema et du Jazz en Laurent de Wilde, mais il y a surtout ce désir de repousser ses limites, de poursuivre les émotions là où elles sont encore vraies, au-delà des genres et des chapelles.

Le répertoire composé à deux est leur lieu de rencontre. Joués, frappés, caressés,

Share

Nzimbu à Helsinki le 03 novembre 2011

En passant

Share

Notre Nzimbu toujours sur les routes !
pour ceux qui n’ont pas peur du froid ! venez avec nous !!
Nous serons à Helsinki en concert le 03 novembre prochain au Festival Etnosoi

Pour voir les denières nouvelles sur Nzimbu, allez sur Pearltrea, vous y trouverez articles et interview.

N’oubliez pas que vous pouvez toujours acheter le disque sur notre site, en téléchargement ou le recevoir directement chez vous en copie physique !

Share

septembre 2014

En passant

Share

Septembre 2014 est déjà là … l’été a été mouvementé, concerts, rencontres, beaucoup de musique. La rentrée s’annonce elle aussi chargée.

Le 18 septembre, le quintet sera au Festival de Jazz Saint-Rémy de Provence et le 19 nous nous envolerons pour Rabat au Maroc avec le Nzimbu Project qui donnera un concert en hommage à notre très regrettée amie et collaboratrice Sarah Hajlblum qui nous a quitté fin juillet. Le concert se déroulera à la salle La Renaissance, ainsi que Sarah l’avait souhaité et organisé. Ce sera notre façon à nous de lui dire aurevoir et lui exprimer toute la tendresse que nous avons pour elle.

10463818_10203659194934945_8868559261762332863_o

Le 28 septembre, vous pourrez également retrouver le quintet en concert à Limoges aux Francophonies en Limousin. Enfin, vous pourrez enfin écouter le CD « Essengo » que nous avons enregistré avec les 350 enfants de l’Ain pour le projet Au fil de l’Air.

Quant à octobre … il vous faudra attendre encore un peu …

Share

JAZZ À MILLAU … les photos

En passant

Share

Les concerts c’est la musique, le plaisir de jouer avec mes musiciens, le partage avec le public et c’est aussi la rencontre avec les photographes ! j’adore la photo, j’aime les belles photos, et j’aime le regard que portent les photographes sur les concerts, chacun avec sa sensibilité. Tout au long de ma carrière j’ai croisé ces artistes, les photographes. Avant , il était assez compliqué pour nous de récupérer les photos, avec le numérique, c’est plus simple, et je peux ainsi les partager avec vous. Régulièrement, nous mettons les photos en ligne sur ce site, à la rubrique photo. Désormais, je leur consacrerai aussi un article relayé sur les réseaux sociaux, pour que vous les découvriez. Bien-sûr, tout le monde peut faire des photos, comme tout le monde peut aussi faire de la musique avec son ordinateur, mais le talent, ce n’est pas l’équipement !

Le 12 juillet dernier, j’étais en concert avec mon quintet au Festival de Jazz de Millau. Un très beau concert, un très beau lieu et une super équipe. Et pour ce concert, je vous présente les photos d’un très talentueux photographe : Philémon d’Andurain, que vous pouvez aussi découvrir sur sa page flickr , en espérant que vous aimerez ! 

 

Note moyenne  1 2 3 4 5fVous devez vous connecter pour voter
Ray Lema
Ray Lema
Ray Lema VSNP
Salle Millau
Scène Millau
Sylvain Gontard
Etienne Mbappe ©Philémon d'Andurain
Etinne Mbappe
Irving Acao
Irving Acao
Nicolas Vicarro
Nicolas Viccarro

à suivre , les autres photographes de l’été ….

Share

Still Point – Ray Lema & Des Équilibres – résidence juin 2014

Share

STILL POINT

« Au point–repos du monde qui tourne. Ni chair ni privation de chair ;

Ni venant de, ni allant vers ; au point-repos, là est la danse ;

Mais ni arrêt ni mouvement. Ne l’appelez pas fixité,

Passé et  futur s’y marient. Non pas mouvement de ou vers,

Non pas ascension ni déclin. N’était-ce le point, le point-repos,

Il n’y aurait nullement danse, alors qu’il n’y a rien que la danse… »

Extrait de « Four Quartets – Burnt Norton »  de  T.S Eliot

Ce point-repos, que TS Eliot appelle « Still Point » en anglais, trouve un écho particulier pour le musicien originaire d’Afrique Centrale que je suis. Il exprime parfaitement  l’état de transe dans nos musiques traditionnelles.

Placé  hors du temps et de l’espace, il est le moment présent, le point d’équilibre fragile, sans cesse renouvelé afin de conserver  une apparente immobilité dans la simplicité nue, fruit du savoir rythmique très sophistiqué que possédaient les Anciens Maîtres.

Tel un funambule à la croisée de l’horizontal des roues rythmiques africaines et de la verticalité de l’harmonie occidentale,  les compositions que j’entends créer pour ma rencontre avec le quatuor « Des Équilibres »  seront à la recherche de ce point particulier, là où les âmes vidées du bavardage incessant de l’intellect se retrouvent dans le présent de la musique, rien que la musique … Ray Lema

Share

Été 2014

En passant

Share

L’été qui se fait tirer un peu l’oreille s’approche quand même de nous, avec ses festivals et pour certains de belles vacances en perspectives. Pour nous, les musiciens, ce sont les grandes transhumances des festivals en Europe et souvent également d’enregistrement en studio pour préparer les productions de la rentrée.

Je n’échappe pas à cette règle ! pour pourrez donc nous retrouver en concert le 27 juin avec 350 enfants pour le Festival des Temps Chauds à Bourg-en-Bresse, quelques concerts sympathiques prévus en piano solo en Espagne (Madrid, Malaga et Barcelone), dont je mettrai les liens très prochainement pour los amigos de España, la joie et l’excitation de retrouver mon quintet VSNP pour quelques dates en France, dont le premier sera au Festival de Jazz de  Millau le 12 juillet prochain, et puis studio début août à paris pour enregistrer l’album de notre Nzimbu project, avec Fredy Massamba, Ballou Canta et Rodrigo Viana.

Et puis , sans oublier un nouveau projet, Still Point, avec le quatuor à cordes Des Équilibres, que nous vous présenterons à l’automne.

Quelques uns de mes nouveaux choristes pour le concert du 27 juin prochain au Festival des Temps Chauds !

DSC_6817

Share

Concert Symphonique à Wuhan en Chine

En passant

Share

Le 18 avril 2014, j’étais en concert avec l’Orchestre symphonique de Wuhan, en Chine, sous la baguette du Maestro James Liu. Expérience inoubliable et magnifique d’échanges, de complicité où j’ai pu encore une fois vérifier ce que je sais depuis longtemps : la musique se joue des frontières, des différences, des langues et des distances culturelles ou géographiques. Je ne peux que remercier du fond du coeur tous ces musiciens , ceux de l’orchestre de Wuhan et les miens (venus de divers horizons également) qui m’ont tous fait l’honneur et la joie de m’accompagner ! merci au Maestro James Liu, qui de vraie main de Chef a su faire groover son orchestre sur mes musiques ! fiers ô combien de mes musiciens : Nicolas Viccaro, Gilles Coquard, Rodrigo Viana, Isaias Desiderio, Irving Acao et Sylvain Gontard, mes deux ladies Isabel Gonzalez et Cathy Renoir, qui ont su, par la magie de la musique, leur gentillesse et leur ouverture, se fondre dans l’orchestre. Nous sommes rentrés de Chine avec des étoiles dans les yeux, avec une seule envie : retourner y jouer !!! 

_MG_7574

Share

Une Nuit à La Présidence

Share

« Une Nuit à la Présidence  » au Théâtre des Amandiers à Nanterre 

Mise en scène Jean-Louis Martinelli – Écriture Jean-Louis Martinelli à partir d’improvisations des comédiens, musique Ray Lema

Une Nuit à la Présidence

Extrait du discours «  Pour un front uni contre la dette par le Président Thomas Sankara »

… Les masses populaires en Europe ne sont pas opposées aux masses populaires en Afrique mais ceux qui veulent exploiter l’Afrique, ce sont les mêmes qui exploitent l’Europe. Nous avons un ennemi commun. Donc notre club parti d’Addis-Abeba devra également dire aux uns et aux autres que la dette ne saurait être payée. Et quand nous disons que la dette ne saurait être payée ce n’est point que nous sommes contre la morale, la dignité, le respect de la parole. Parce que nous estimons que nous n’avons pas la même morale que les autres. Entre le riche et le pauvre, il n’y a pas la même morale.

… Alors , chers frères, avec le soutien de tous, nous pourrons faire la paix chez nous. Nous pourrons  également utiliser ces immenses potentialités pour développer l’Afrique, parceque notre sol, notre sous-sol, sont riches; nous avons suffisamment de bras, et nous avons un marché immense, très vaste – du nord au sud, de l’est à l’ouest. Nous avons suffisamment de capacités intellectuelles pour créer ou tout au moins prendre la technologie et la science partout où nous pouvons les trouver. Monsieur le Président, faisons en sorte que nous mettions ce front uni d’Addis Abeba contre la dette. Faisons en sorte que ce soit à partir d’Addis-Abeba que nous décidions de limiter la course aux armements entre pays faibles et pays pauvres. les gourdins et les coutelas que nous achetons sont inutiles. Faisons en sorte également que le marché africain soit le marché des Africains : produire en Afrique, transformer en Afrique et consommer en Afrique. Produisons ce dont nous avons besoin, et consommons ce que nous produisons au lieu de l’importer.

… Je voudrais simplement dire que nous devons accepter de vivre africains, c’est la seule façon de vivre libres et de vivre dignes. 

29 Juillet 1987 à Adis Abeba

Pour télécharger l’article des Inrockuptibles : cliquez ici

Share

Écriture ou oralité, quelle méthode d’enseignement musical en Afrique subsaharienne ?

En passant

Share


Écriture ou Oralité, quelle méthode d’enseignement musical en Afrique subsaharienne ?

pour voir le document ou le télécharger cliquez ici !

RÉSUMÉ :

Élaborer une méthodologie d’enseignement musical pour l’Afrique subsaharienne d’aujourd’hui est un enjeu capital dans le contexte mondialisé de la culture et de l’économie. Cinquante ans après les indépendances, les jeunes nations africaines cherchent encore à fonder leurs unités, causes de nombreux conflits externes et internes. La musique, qui accompagne tous les instants de la vie quotidienne a subi les effets de la colonisation et cherche également une expression qui corresponde aux aspirations des jeunes africains qui  représenteront plus de la moitié de la  jeunesse mondiale d’ici 2050.

Écriture ou oralité, contenu pédagogique, inventaire et conservation des musiques traditionnelles, formation des professeurs, l’enseignement de la musique en Afrique subsaharienne est un labyrinthe de problèmes sur lesquels se penchent nombre de musicologues, ethnomusicologues, professeurs et musiciens, d’Afrique et du monde entier.

 

Share

One Drop – notre plateforme de distribution musicale

En passant

Share

One Drop est un label indépendant créé avant tout pour servir les artistes. Producteur des 4 derniers albums de Ray Lema, du dernier album du Maâlem Abdeslam Allikane des Tyour Gnaoua, One Drop ambitionne de devenir une plateforme de distribution digitale et de vente par correspondance au service des musiciens pour leurs projets personnels et pour contourner les difficultés toujours croissantes de la distribution des musiques qui ne sont pas considérées « mainstream ».

Sous la direction d’un petit comité artistique présidé par Ray Lema, nous présenterons ici des artistes venant d’un peu partout, connus ou pas, déjà distribués ou pas du tout sur les grandes plateformes digitales. Vous y trouverez par conséquent beaucoup d’amis musiciens, certains sont des compagnons de route de Ray Lema et présentent ici leurs propres créations. D’autres, croisés au cours des voyages, trouveront une fenêtre ouverte vers le monde et la possibilité d’avoir leurs CD en vente physique par correspondance, à défaut pour certains, d’avoir accès aux grandes enseignes de la distribution.

L’envie est de créer une synergie entre différents publics, des musiques venant de sensibilités et inspirations diverses, et de trouver pour musiciens et musiques, le moyen d’exister et de continuer à circuler dans un marché qui oublie trop souvent celui qui crée.

Pour le moment tout est dit, revenez souvent visiter ces pages car nous avons l’intention de vous proposer régulièrement de découvrir de nouveaux artistes. Bien entendu, nous souhaitons améliorer petit à petit cet outil, donc n’hésitez pas à nous écrire pour nous donner vos idées : one.drop@free.fr

Share

Nouvel Album Ray LEMA Quintet « V.S.N.P- Very Special New production »

En passant

Share

Nouvel Album Ray LEMA Quintet « V.SN.P- Very Special New production »

 

 

Me voici à peine sorti de studio après une semaine intense et magique en compagnie de mes musiciens, fidèles compagnons de route, cette fois-ci embarqués dans un quintet infernal.

Avec le grand Etienne Mbappe, avec qui j’ai l’honneur et le plaisir de jouer depuis de nombreuses années, du jeune et très talentueux Nicolas Viccaro à la batterie, de « mes » deux fantastiques souffleurs, Irving Acao au sax et Sylvain Gontard à la trompette, compagnons de route eux-aussi dans l’aventure du « Saka Saka ».

« V.S.N.P-Very Special New production », en hommage au mythique quintet VSOP, the Quintet , qui avait à son époque révolutionné le Jazz. Plus modestement, nous aimerions simplement apporter notre petite pierre dans l’édifice du Jazz, avec notre petite New Production, en essayant d’y mettre une petite touche de sensibilité africaine.

Nous avons enregistré en studio, mais en condition du live, pour conserver la magie, la liberté et la joie de jouer ensemble. J’espère tout simplement que vous prendrez autant de plaisir à écouter que nous à  jouer et enregistrer pour vous.

Il va falloir attendre un peu … fin janvier dans les bacs, mais sûrement de temps en temps, nous vous mettrons un petit morceau en écoute sur mon site.

 

 

 

Share

Working sessions avec Fredy Massamba

En passant

Share

Working Sessions avec Fredy Massamba

Un petit extrait vidéo, pour un avant goût ! La première session de travail de mon duo avec Fredy Massamba vient de prendre fin. Une semaine entière, passionnante ! je pense que le travail que nous vous présenterons à partir de septembre en concert sera surprenant et de qualité ! C’est un vrai plaisir pour moi de travailler avec Fredy, un bon partenaire, avec une voix magnifique avec un background musical qui lui permet de naviguer avec bonheur entre rythmes et chants traditionnels, gospel, hip hop, soul …. un petit frère que je suis ravi d’avoir enfin trouvé !

Share

1,2 avec Ray Lema « Je crois qu’il faille vraiment mettre en avant le problème culturel en Afrique »

Share

1,2 avec Ray Lema « Je crois qu’il faille vraiment mettre en avant le problème culturel en Afrique »

En 2006, Ray Lema retrouve deux de ses anciens compagnons : Etienne Mbappe et Francis Lassus. Leur rencontre donne lieu à un nouvel album baptisé «Paradox». Nous avons ainsi eu le plaisir de déguster ses notes nomades au cours d’un concert à l’IFC , antenne de Yaoundé. C’était le 25 mai dernier au cours du festival national des « scènes d’Ebène ». Au micro, l’artiste nous livre ses confidences alors qu’il est encore sous le coup de l’émotion…

 

en scène!

1-www.kulturoskope.com : Etes-vous satisfait de votre séjour au Cameroun, Ray Lema ?
Ray Lema : En fait c’est quelque chose que je suis en train de dire depuis que je suis là ! Dans notre Afrique à nous, le Cameroun c’est le premier pays africain en dessous du Sahara, où les gens savent écouter la bonne musique moderne instrumentale. C’est surprenant pour moi et j’aimerai y revenir plus souvent parce qu’on a besoin des gens qui savent écouter. Vous avez vu à la fin du concert, j’ai parlé de la musique du tibia ! Moi aussi je sais en jouer, seulement tout un continent ne peut pas reposer sa base musicale sur cette musique là !!!

2 –www.kulturoskope.com :c’est quoi la critique musicale que vous faites concrètement sur l’Afrique ?

Ray Lema : La critique de cette Afrique est que, les instrumentistes sont cachés derrière les chanteurs et comme ces derniers veulent tous être des vedettes, alors, il préfère viser la musique du tibia et tout le continent est obligé de se rouler dans ça…Nous avons un problème de reins !

 

avec Irvin Acao et Etienne Mbappe à la bass!!!

3-www.kulturoskope.com : Rumba, salsa, bossa-nova…D’aucun qualifient votre musique de nomade et vous quelle identité donnez-vous à votre musique?

Ray Lema : Vous savez, je suis le type de musicien qui n’a pas d’identité fixe. J’ai déjà eu à produire des gens qui font de la rumba, du reggae et je ne sais quoi encore. Mais je m’ennuis terriblement dans la mesure où je dois juste faire « doum tchak,doum tchak » pendant une heure! Je risque de m’endormir en route .Donc comme j’aime bien le reggae ;je peux en faire et même de l’assiko. Moi je suis mon cœur et j’aimerai bien que l’Afrique commence aussi à suivre son cœur. Savez-vous qu’au Cameroun seulement il ya vous avez aux 200 ethnies ?vous allez vous arrêter au bikutsi parce que c’est la commande des autres ? Du matin au soir, « tac,tac,tac,tac » ,le même son…Quand même !Moi je pense qu’il faut le vivre !

4-www.kulturoskope.com : Et si vous nous parliez de vos projets avec l’Unesco ?

Ray Lema : Ah ! II faut dire que depuis un moment, je bagarre beaucoup (rires).Je crois qu’il faille vraiment mettre en avant le problème culturel en Afrique. En occident, on dit qu’il est économique ; moi je crois qu’il est plus structurel. Donc mon projet est d’amener les gens à aimer les musiques traditionnelles. J’ai déjà glané des gens de gauche et à droite pour transcrire ces musiques sur partition pour qu’elles soient mises à la disposition des enfants dans des écoles. Il faut qu’il commence à comprendre cette musique dès le bas âge. Donc un enfant camerounais peut trouver sur sa table du béti, du douala, du bassa, du bamiléké et toutes les autres langues et du coup, nous allons avoir une génération qui ne sera plus compartimentée. Toutes ces choses seront sa culture. Donc voilà comment résumer très très fort le projet pour lequel nous avons approché l’UNESCO qui malheureusement, ne deal qu’avec les Etats. Moi je ne suis qu’un individu, on m’a répondu qu’il faudrait que l’initiative vienne de l’Etat. Voilà !

Réalisé par Fidèle Ntoogue

Share

Scène d’Ebène 8e édition : concert incroyable de Ray Lema à l’IFC de Yaoundé

En passant

Share

Scène d’Ebène 8e édition : concert incroyable de Ray Lema à l’IFC de Yaoundé

Le légendaire Pianiste africain Ray Lema a littéralement offert un spectacle phénoménal au public venu nombreux à l’IFC de Yaoundé vendredi 25 Mai 2012.

Inoubliable ! Et le mot est faible ; le pianiste d’origine Congolaise Ray Lema a complètement inondé de joie les fans venus de toute la capitale, pour le voir à l’œuvre. Plus qu’un musicien au talent incommensurable, Ray était perçu jusque là comme un mythe par la plupart des spectateurs présents vendredi dans la salle des spectacles de l’institut français de Yaoundé. Et s’ils ont pu vivre cet instant magique, c’est en partie grâce à ce jeune camerounais qui à travers son festival « Scène d’Ebène », œuvre pour la promotion de notre culture, qui n’est autre que Tony Mefe.
Annoncé pour 20h, c’est plutôt timidement que le public se ramenait. Une scène qui ne manquera pas de susciter le mécontentement de certains : « Un Ray Lema et il n’y a personne ?…Vraiment les camerounais ne connaissent plus rien de la vraie musique… », peste une dame héritée, juste à notre gauche. Que s’est-il donc passé ? Est-ce la communication qui a été mal gérée ? Ou peut-être le public devenu hostile et aurait décidé de bouder la « bonne » musique au profit de celle dite du « tibia », comme l’a si bien dit Ray lui-même ? D’aucuns craignaient le même scénario de la veille au « petit tam-tam » où le monde arrivait à compte-gouttes jusqu’après 23h. Autant d’interrogations que n’ont pu s’empêcher d’avoir la dizaine de fans arrivés plutôt, et les membres du comité d’organisation eux-mêmes presqu’impuissant face à ce constat.
Après trente cinq minutes de retard, les portes se ferment enfin mais heureusement le monde arrive au fur et à mesure ; Roblack (le présentateur du spectacle) peut alors saisir le micro et présenter la terrible équipe de Ray Lema qui aura la lourde tâche non seulement d’accompagner ce monument de la musique mondiale, mais aussi d’entretenir un public devenu exigent avec le temps.
Ils sont tour à tour cités : le jeune et très prometteur Irving Sierra acao (de Cuba) au saxophone, l’inégalable bassiste aux gants noirs Etienne Mbappè du Cameroun, et un Jeune français à la batterie.
Standing ovation pour le grand Ray Lema qui fait alors son entrée, très décontracté et avec la bonne humeur qu’on lui connait. Le voyage peut alors commencer et en jetant un petit coup d’œil derrière, on remarque la salle enfin bondée de monde.
Le quartet va arracher à chaque fois des cris et applaudissements d’un public séduit et conquis ; mais ce n’est qu’un début…
L’atmosphère culmine lorsqu’est venu le moment où chacun se lançait à une démonstration personnelle pédant son génie et la maîtrise parfaite de son instrument devant une assistance exulter comme jamais. Même Ray avait du mal à rester assis…
Plusieurs titres de son dernier album « 99 » seront joués et il marquera de temps en temps une pause pour nous servir une anecdote ou quelques leçons et explications ayant trait à sa carrière.
Après près de 2 heures de spectacles, le public en redemandait encore. Un dernier pour la route…, comme on a coutume de dire, et le très célèbre pianiste (40 ans de carrière déjà, tour du monde compris), Ray Lema peut enfin inviter ses pairs à ses côtés, l’instant d’un salut, d’un au revoir à ce magnifique public et l’expression d’une gratitude à son égard.
Il retrouvera plutard ses nombreux fans dans le hall pour des autographes et quelques photos en passant ; mais le pianiste n’aura pas le temps de souffler car il devait se produire aussi à l’Ifc de Douala dès le lendemain.

CulturEbene.com par Darysh – 27.05.2012

Share

Quartet au Cameroun

Share

Quartet au Cameroun

Merci au public camerounais pour son chaleureux accueil, et merci aux magnifiques musiciens qui m’ont accompagné dans cette aventure en Afrique où notre nouveau quartet vient d’y naître. Aux commandes : Etienne Mbappe à la basse, Nicolas Vicarro à la batterie et Irving Acao au sax. Merci au Festival Scène d’Ebène et à son directeur Tony Meffe pour nous avoir invités, merci également aux deux directeurs des Institus français de Yaoundé et Douala, Yves Olivier et Aida Sy pour leur soutien et leur accueil , et pour terminer un remerciement très spécial à Laurent Eze pour m’avoir permis de jouer sur de vrais pianos, fait assez rare malheureusement en Afrique. Ne reste plus qu’à mettre un nouvel album en route avec ces merveilleux compagnons d’aventures musicales !

Share